Declaration of independence - John Trumbull - 1808 - Domaine Public

D’Heilbronn à Paris : l’épopée de la famille Houseal

Il est des familles qui marquent une généalogie par leur côté inhabituel, voire extraordinaire. Il en va ainsi de l’une des branches de mon arbre : la famille Houseal.

Originaire d’Allemagne, cette famille passera successivement aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, au Canada, en Angleterre, en Italie, puis en France. Et tout ça en moins de 100 ans.

Je vous livre ici un résumé, forcément trop bref, de cette véritable saga familiale qui me vaut au passage de nombreux cousinages aux quatre coins du globe.

C’est donc en Allemagne, à Heilbronn précisément, que commence cette aventure, lorsque nait, en 1707, Bernard Johann HAUSIHL . Fils de bonne famille, Bernard Johann est un homme très cultivé. Pasteur luthérien, il enseigne la théologie protestante au séminaire de sa ville natale. Ses cours et ses prêches sont très vite remarqués et il est choisi pour devenir prédicateur à la cour de George II, en Angleterre, où il séjournera quelques années.

C’est cependant quelques années après son retour au pays que l’aventure commence. Comme plus de 100.000 de ses compatriotes allemands de la première moitié du XVIIIème siècle (lire à ce sujet Colonisation et émigration allemandes en Amérique), Bernard Johann HAUSIHL prend le chemin du nouveau monde vers 1750-1751 avec ses deux fils Bernard Michael, né en 1728, et  Wilhelm Frederic, né en 1730.

Amérique Septentrionale Divisée en Ses Principales Parties par Hubert Jaillot and Renier & Josua Ottens à Amsterdam 1694 (Flickr | ephemera assemblyman | CC by)

Représentation du Nouveau-Monde en 1694 (Flickr | ephemera assemblyman | CC by)

La route habituelle de cette immigration passait alors par les Pays-Bas. C’est durant ce trajet que l’ainé, Bernard Michael, rencontre Sybilla Margaretha MAYER. Cette fille d’une grande famille de notables d’Ülm (notaires pour la plupart, on trouve leur trace dans cette ville dès 1495) . Bernard Michael et Sybilla se marient à Rotterdam en 1751. Les familles embarquent ensuite pour les colonies du nouveau monde, depuis cette même ville de Rotterdam au printemps 1752.

Bernard Michael suivait le chemin de son père. Après avoir fait ses études à Strasbourg, il avait été ordonné pasteur Luthérien peu de temps avant leur départ de Hollande. Dès leur arrivée, Bernard Michael prend en charge l’église Luthérienne de la petite ville de Reading, en Pennsylvanie. En 1753, leur premier fils, John Bernard voit le jour. C’est à cette occasion que, pour la première fois de manière officielle, le patronyme allemand HAUSIHL est anglicisé pour prendre la forme HOUSEAL.

La ville de Reading n’apporte cependant pas pleine satisfaction à la famille. Notables et fils de notables, ils ne trouvent pas dans cette petite ville la compagnie à laquelle ils aspirent. Ils quittent donc la bourgade en 1757 pour s’installer d’abord à Easton, puis à Philadephie et enfin à New-York en 1770 où Bernard Michael devient Pasteur de l’église Luthérienne Hollandaise et prêche en trois langues : allemand, hollandais et anglais.

La famille s’épanouit enfin dans les relations sociales de la métropole. Ils deviennent des membres éminents de New-York. Bernard Michael intègre le Conseil d’Administration du Collège de New-York (future Université de Columbia), ainsi que celui de l’hôpital de New-York.

Mais la guerre d’Indépendance va mettre fin à cette bonne situation. Effectivement, alors que son frère, Wilhelm Frederic, prend fait et cause pour l’indépendance et rejoins les rangs des Patriotes, Bernard Michael se déclare loyaliste et, durant ses prêches, ne cesse d’appeler à la loyauté envers la couronne d’Angleterre. Cette opposition politique va éloigner les deux frères, et les deux branches de la famille cesseront alors toute relation.

La victoire des Patriotes, l’indépendance de la colonie et la création des Etats-Unis d’Amérique va permettre à Wilhelm Frederic et à sa

Declaration of independence - John Trumbull - 1808 - Domaine Public

Declaration of independence - John Trumbull - 1808 - Domaine Public

famille de s’établir durablement sur le territoire, en Caroline du Sud. Il est à l’origine de la totalité des HOUSEAL des Etats-Unis.

A l’inverse, la défaite de la cause loyaliste oblige Bernard Michael à quitter New-York. Bénéficiant du  soutien du Roi d’Angleterre, il part pour un nouvel exil. La famille va s’installer en Nouvelle-Ecosse, à Halifax. Elle n’y retrouve cependant jamais la position sociale qui fut la sienne à New-York. Bernard Michael finira sa vie à Halifax où il mourra en 1799 à l’âge de 71 ans, la même année que son père (qui en avait lui, 99). Tous deux sont enterrés dans un caveau au cœur de l’église luthérienne de la ville.

Les 9 enfants du couples se firent tous une bonne situation. Les 6 filles épousèrent toutes des officiers anglais. Deux fils (l’ainé et le plus jeune) devinrent chirurgiens dans la marine britannique. Le second fils, Michael intégra les troupes du Duc de Kent, avec le rang de Capitaine.

Michael HOUSEAL s’établit donc en Angleterre, probablement à la fin des années 1790. Il se maria 3 fois et eut 4 enfants. Le premier fils, Edward William Wilbraham Griffith, fut professeur de lettres à Londres. Les deux suivants partirent étudier en Italie. Le plus âgé y connut un destin tragique. En se rendant à l’Université, son chemin croisa celui d’une manifestation. Il fut violemment pris à parti pour une raison inconnue et fut lynché par la foule.
Son frère, Michael Daniel (né en 1800 à Whitehaven, dans le Cumberland), eut un destin plus heureux. Au cours de ses études, il rencontra Rose Marie Pétronille DONZELLI, native de Rome. De leur union naquit une fille en 1938 , à Bologne : Adélaïde Nathalie Fortunée Elvire Marie.

Si les prénoms de la femme de Michael Daniel et de leur fille sont en français, c’est que la famille s’établit par la suite à Paris, rue St Jacques, dans le onzième arrondissement. Leur mariage y fut célébré en 1841. Michael Daniel mourut moins d’un an plus tard, en 1842, 90 ans seulement après le départ d’Allemagne de son arrière-grand-père, Bernard Johann HAUSIHL.

En moins d’un siècle, cette famille aura traversé l’Atlantique à deux reprises et « essaimé » dans le monde entier. Les descendants de Bernard Johann vivent aux Etats-Unis, au Canada, en Angleterre, en France, en Nouvelle-Zélande, et sans doute ailleurs encore.

Et moi, dans tout ça ?

Après la mort de Michael Daniel HOUSEAL, sa femme et leurs filles (ils ont également adopté une petite italienne) restent à Paris
Adélaïde y rencontra un artiste musicien venu de Chézy-sur-Marne, Léon GODEFROY, qu’elle épousera en 1862. Leur première fille, Louise GODEFROY (née en 1865), n’est autre que mon arrière-arrière-grand-mère.

Mais l’épopée des HOUSEAL s’arrête-t-elle vraiment là ? Après tout, moi qui suis le descendant à la 9ème génération de Bernard Johann HAUSIHL, j’ai également traversé l’Atlantique pour aller m’établir quelques années en Martinique, dont ma femme est native, et où mon fils est né, avant de revenir de nouveau sur le vieux continent.

Décidément, quelle famille !

Note complémentaire : tous les évènement précédant la naissance de Michael Daniel HOUSEAL à Whitehaven sont détaillés dans les ouvrages suivants :
Le reste est issu, soit de mes propres recherches, soit de celles des mes cousines Riwia Fox (en Nouvelle-Zélande) et Margaret Sease Jayroe (aux Etats-Unis), cette dernière, âgée de plus de 80 ans, fait figure de référence pour tout ce qui concerne l’histoire des HOUSEAL.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Creative Commons License
D’Heilbronn à Paris : l’épopée de la famille Houseal by Papiers et poussières, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.



Categories:Généalogie
Mots-clé: , , , , ,

2 commentaires

  1. Valérie a dit :

    Je cherche mes mots tellement cette épopée est belle, émouvante, détaillée et intéressante !!
    Ce n’est jamais facile d’intéresser autrui avec l’histoire de ses ancêtres mais tu as écrit un très bel article en y mettant de l’émotion.

    BRAVO!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez-moi sur Twitter Rejoignez-moi sur Facebook Abonnez-vous à mon RSS