Beaucoup de gazouillis, mais quelle information ? (Gathering par photogramma1 | CC by-sa | Flickr)

Généalogie sur Twitter : où est l’info ?

Depuis sa création en 2006, Twitter est devenu un véritable phénomène d’Internet. En juin 2009, le célèbre outil de microblogging affichait 11,5 millions de membres enregistrés à travers le monde, dont 125.000 en France.  Je n’ai pas trouvé de chiffre plus récent, mais il est évident qu’il est beaucoup plus élevé aujourd’hui.

Cette croissance exponentielle du nombre de membres va de paire avec une augmentation du nombre de tweets (ces messages de 140 caractères au maximum) que ceux-ci s’échangent. Ainsi, en mai 2010, Twitter affichait fièrement près de 2 milliards de tweets par mois (741 par seconde !). Ce succès à cependant un revers : la dilution de l’information. Plus nous sommes nombreux à parler en même temps, moins nous comprenons ce que disent les autres. Trop d’information tue l’information.

Les généalogistes ne font pas exception en la matière. Nous sommes également de plus en plus nombreux à investir Twitter (voir à ce sujet la note de Geneinfos). Est-il facile, au milieu de tous les tweets de généalogistes, de trouver des informations pertinentes ? Si oui, qui la diffuse ? C’est ce que j’ai cherché à savoir.

La première étape a été de recenser tous les généa-twitteurs français. Il faut donc d’abord définir ce qu’est un généa-twitteur. Le premier critère retenu a été la « bio », ce petit paragraphe personnel que chaque membre peut utiliser pour se présenter. Si cette bio fait référence à la généalogie, alors le membre est considéré comme un généa-twitteur. A l’inverse si la bio est détaillée et qu’elle ne fait pas référence à la généalogie, alors le membre a été exclu de l’étude. Il arrive cependant que la bio n’ait pas été renseignée par l’utilisateur, ou encore que le texte rédigé ne permette pas de trancher. Dans ces deux cas, c’est alors l’examen de la timeline du compte qui a permis de le qualifier (ou non) de généa-twitteur. Si les derniers tweets affichés font apparaître une préoccupation généalogique, alors le compte est retenu.

Pour résumer, un généa-twitteur est un twitteur dont la bio fait mention de la généalogie. En l’absence d’une bio détaillée, un généa-twitteur est un twitteur dont les derniers tweets montrent un intérêt pour la généalogie.

Cette définition est forcément imparfaite. Il est probable qu’elle m’ait conduit à ignorer certains profils que j’aurais dû prendre en compte.

Ce n’est pas tout d’avoir défini un généa-twitteur, encore faut-il trouver les comptes qui correspondent à cette définition. Pour y arriver, je suis parti de mon profil et j’ai regardé la liste de tous mes followings (les membres dont je suis les tweets) et j’ai déterminé tous ceux qui pouvaient être qualifiés de généa-twitteurs. J’ai ensuite procédé de même pour leurs propres followings, et ainsi de suite, jusqu’à épuisement. Une fois terminé, je suis revenu sur mon compte et je me suis cette fois-ci interessé à mes followers (les membres qui sont abonnées à mes tweets), puis aux followers de mes followers, etc…

Là encore, la méthode est imparfaite. Il est très possible que certains comptes correspondent à ma définition mais ne soit pas relié à la « twittosphère » dont je fais partie. Il existe peut-être plusieurs twittosphères généalogiques parralèles, qui ne sont pas liées entre elles. J’ai pu également en oublier, tout simplement. Je pense cependant raisonnablement avoir recensé la très grande majorité des généa-twitteurs français.

Pour chaque généa-twitteur recensé, j’ai relevé le nombre total de tweets. En effet, à la différence ce mon billet sur la blogosphère, je ne me suis pas intéressé à l’analyse du réseau, mais bien à l’information diffusée.

Evidemment twitter évolue très rapidement. Les données analysées ne sont déjà plus valables. Il est donc important de préciser que le recensement des généa-twitteurs a eu lieu le 17/06/2010 et la comptabilisation du nombre de tweets le 18/06/2010.

Maintenant que le protocole est posé, passons aux résultats et à leur analyse.

Beaucoup de gazouillis, mais quelle information ? (Gathering par photogramma1 | CC by-sa | Flickr)

Beaucoup de gazouillis, mais quelle information ? (Gathering par photogramma1 | CC by-sa | Flickr)

J’ai pu recenser 46 généa-twitteurs français, à l’origine de 3.861 tweets. Je précise cependant que 2 d’entre eux, auxquels je ne suis pas abonné, ont protégé leur tweets. Je n’ai pas pu avoir accès au nombre de leurs tweets.

En moyenne, cela fait donc 87,8 tweets par compte, mais on obsere une très grande variabilité : 3 comptes n’ont jamais rédigé le moindre tweet, alors que  @alexisamand en est déjà à 766.

Cette grande variabilité est clairement mise en évidence par la chiffre suivant : seuls 10 généa-twitteurs ont rédigé plus de 100 tweets. Ces 10 comptes (22%) sont à l’origine de plus de 85% de la totalité de l’information.

Voici le palmarès de ces 10 bavards :

  1. @alexisamand (766)
  2. @geneinfos (676)
  3. @geneprovence (491)
  4. @antares10 (347)
  5. @jordi78 (320) (oui, oui, je sais, je parle beaucoup…)
  6. @daieuxdailleurs (209)
  7. @Nosracines (187)
  8. @PaPhlip (115)
  9. @desracines (114)
  10. @g2morant (104)

Mais la quantité d’informations n’est pas le seul élément à prendre en compte. Quantité n’est pas qualité. Vous pouvez très bien tweeter des milliers de messages qui n’intéressent pas le reste des généa-twitteurs. Cependant, la qualité n’est pas un critère objectif qui peut être mesuré. En revanche, il est possible de l’estimer en étudiant le poids de l’information émise par chacun. On entend souvent parler d’influence, dans le monde de twitter, mais je n’aime pas trop ce terme qui laisse supposer des luttes d’égo qui n’ont pas cours dans notre milieu (j’espère). Toujours est-il que l’information émise par certains membres de la twittosphère généalogique semble avoir plus de poids que celle émise par d’autres. Et ce « poids de l’information » peut être approché de manière très objective par plusieurs critères successifs

Le premier est déjà le nombre de followers. Si vous parlez dans une salle vide, l’information que vous diffusez, si intéressante soit-elle, n’aura aucune utilité.

J’ai donc déterminé pour chacun un indice de popularité (I.P.) avec la formule suivante :

I.P. = Nombre de généa-followers/nombre total de généa-twitteurs

L’indice de popularité d’un membre correspond donc à la part de généa-twitteurs qui est abonnée à ses tweets. Un membre avec un IP de 1 serait donc suivi par la totalité des autres généa-twitters.

Constatons tout d’abord que 5 membres ont un IP de 0. Ils ne sont suivis par aucun autre généa-twitteurs. Cela ne veut pas forcément dire que l’information qu’ils diffusent est futile ou de « mauvaise qualité ». Cela peut simplement être dû au fait qu’ils ne tweetent que rarement dans le domaine de la généalogie. Ils peuvent très bien avoir beaucoup de followers non-généalogistes. Toujours est-il que l’information qu’ils diffusent n’est pas accessible au reste des généa-twitteurs.

A l’opposé, voici la liste des 10 comptes les plus « populaires » au sein de la twittosphère généalogique avec, entre parenthèse, la valeur de l’IP.

  1. @geneinfos (0,41)
  2. @geneanet (0,37)
  3. @daieuxdailleurs (0,28)
  4. @rfgenealogie (0,26)
  5. @jordi78 (0,26)
  6. @ancestry_fr (0,24)
  7. @desracines (0,24)
  8. @g2morant (0,22)
  9. @geneannuaire (0,2)
  10. @Archassal (0,17) et @alexisamand (0,17) à égalité.

@geneinfos est donc suivi par plus de 40% des généa-twitteurs.

Mais cette popularité est-elle suffisante pour déterminer si l’information diffusée représente un poids important dans l’ensemble de l’information ? Pas sûr. Etre écouté, c’est bien, mais être écouté par des gens qui sont eux-mêmes très écoutés, c’est mieux. Tous les followers n’ont donc pas la même valeur.

En me basant sur cette idée, j’ai considéré que chacun redistribuait un peu de sa propre popularité à ses followings. C’est ce que j’ai appelé le « valeur de following » (VF). Elle se calcule de la manière suivante :

VF = IP/nombre de généa-followings

Cet indice est donc tributaire, non seulement de sa propre popularité, mais également du nombre de généa-twitteurs auquel on est abonné. Effectivement, plus vous avez de followings, plus l’information émise par chacun d’entre eux est diluée dans le nombre et donc perd de son importance relative. Un membre qui serait suivi par la totalité des généa-twitteurs (IP = 1) et qui, en retour, ne suivrait qu’un seul membre, aurait donc un VF égale à 1. A l’opposé, on admet qu’un membre ne suivant personne d’autre a une VF nulle, quelque soit sa popularité.

Chaque membre reçoit donc la VF de chacun de ses followers. La somme des VF dont bénéficie un membre est appelée « TweetRank » (TR).

Pour expliciter un peu tout ça, imaginons le cas suivant :

  • Le membre A a un IP de 0,3. Il suit 5 autres membres et a donc une VF de 0,3/5 = 0,06.
  • Le membre B a un IP de 0,4. Il suit 10 autres membres et a donc une VF de 0,4/10 = 0,04.
  • Le membre C est suivi par le membre A et le membre B uniquement. Son TR est donc de 0,06 + 0,04 = 0,1

Ce TR suit finalement le même principe (en beaucoup plus simple) que le fameux PageRank de Google. Plus un membre est suivi, plus il est populaire. Mais plus ceux qui le suivent sont eux-mêmes populaires, plus son TweetRank est élevé.

Le TR permet d’évaluer l’impact qu’un tweet est susceptible de représenter. Plus votre TR est élevé, plus votre information pèsera lourd dans la twitosphère.

Voici la liste des 10 TR les plus élevés :

  1. @geneinfos (0,55)
  2. @desracines (0,26)
  3. @geneanet (0,24)
  4. @daieuxdailleurs (0,23)
  5. @ jordi78 (0,18)
  6. @rfgenealogie (0,18)
  7. @Martine677 (0,16)
  8. @ancestry_fr (0,16)
  9. @g2morant (0,15)
  10. @alexisamand (0,14)

Mais le TR ne représente finalement qu’un potentiel. Vous pouvez très bien avoir un TR élevé et ne jamais émettre le moindre tweet. Pour donc, enfin, connaitre le véritable Poids de l’Information émise par chaque généa-twitteur (PI), il faut mettre en relation le Tweet-Rank avec le nombre de tweets :

PI = TR x nombre de tweets

Et voici donc pour finir la liste des 10 généa-twitteurs dont les tweets « pèsent le plus lourd » :

  1. @geneinfos (PI = 375,02)
  2. @alexisamand (PI = 105,72)
  3. @jordi78 (PI = 58,95)
  4. @daieuxdailleurs (PI = 47,78)
  5. @desracines (PI = 29,62)
  6. @g2morant (PI = 15,73)
  7. @Martine677 (PI = 10,50)
  8. @geneprovence (PI = 8,67)
  9. @mistike (PI = 7,32)
  10. @rfgenealogie (PI = 5,66)

Vous remarquerez la très grande variabilité du PI. L’écart est énorme entre le 2ème et le 3ème. Il l’est davantage entre le 1er et le second. Cela montre clairement que tous les twitteurs n’ont pas le même poids.

En conclusion, si vous arrivez sur Twitter et que vous ne savez où chercher de l’information généalogique, commencez par suivre ces 10 comptes. Je ne sais pas si l’information qu’ils diffusent est « de qualité » mais ils en diffusent beaucoup et sont très écoutés. Dans le flot continu des tweets, les leurs semblent donc peser plus lourd que les autres.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Creative Commons License
Généalogie sur Twitter : où est l’info ? by Papiers et poussières, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.



Categories:Généalogie, Internet
Mots-clé: , , ,

19 commentaires

  1. on aurait intérêt à supprimer nos derniers tweets pour remonter en qualité d’info ! qui a lancé la première attaque sur l’âge, qu’il se dénonce !

    Sinon, très intéressant ton post.

  2. Gen&O a dit :

    Bravo pour ce post, il est très intéressant et en tant que « new-twitter », il m’est particulièrement utile !
    Isabelle

  3. PaPhlip a dit :

    Non content de me faire traiter de bavard, moi qui ne dit presque rien dans ce piaillement planétaire, me voilà inscrit sur une demi-douzaine de flux supplémentaire alors que j’ai déjà du mal à suivre :D

    Très intéressant quand même ! Bravo

  4. dornac a dit :

    Bonjour,

    Si j’ai bien compris, on n’a que les tweets de ceux auxquels on est abonné, ce qui à mon avis réduit l’intérêt de Twitter (si j’ai bien compris, mais je ne suis pas ingénieur !!!)

    Comment être au courant de tous les tweets qui passent ?

    Merci de vos lumières

    CD

  5. PaPhlip a dit :

    en faisant des recherches sur des mots clés de votre choix comme
    http://twitter.com/#search?q=genealogie
    http://twitter.com/#search?q=choucroutegarnie
    http://twitter.com/search?q=brouzouf#search?q=jordi78
    Et en sélectionnant les contributeurs dont la prose vous inspirent

    • dornac a dit :

      Merci de vos lumières

      Cordialement

      CD

      • Jordi a dit :

        Effectivement PaPhlip a raison. IL est strictement impossible de suivre tous les tweets. D’une parce qu’ils ne sont pas tous en français (loin de là), de deux parce qu’il est peu probable qu’ils vous intéressent tous, mais surtout, il y en a beaucoup trop (741 par seconde !). Il vous serait impossible de tous les lire.

        Pour trouver des sources intéressantes, vous pouvez effectivement commencer par faire une recherche sur un mot-clé. Puis, quand vous aurez trouver une première source digne d’intérêt, allez voir la liste des comptes il est abonné. Il y a de fortes chances pour que cela vous intéresse aussi…

  6. Raphaël a dit :

    Très beau travail de veille et de calcul des tweetranks généalogiques !

    Tu te rends compte que tu vas devoir publier un classement mensuel des généa-twitteurs, comme pour les blogs sur Wikio ? :p

  7. Philippe a dit :

    Très intéressant ce post. J’avoue qu’au départ je me suis mis à Twitter pour suivre la mode du web… Donc je découvre encore ses possibiltés. La preuve, je viens seulement de voir ce post.
    Bien que dans le Top 10 des plus populaires, va falloir que je cause un peu plus, si j’ai bien suivi…

  8. Alexis a dit :

    Bravo pour l’article !
    Si j’ai bien compris, il faut que je m’arrange pour être écouté d’avantage…
    :D

  9. Bravo pour cet article et surtout pour le temps que avez dû passer à faire tous ces calculs.

    Par contre, venant de m’inscrire sur Twitter, je n’ai pas compris grand-chose, mais faisons comme si… x_x

    Thomas

  10. Mon pseudo sur twitter est: sacres_ancetres

    Bonne soirée ;)

    Thomas

  11. Antoine a dit :

    Wow !!!!!

    Je viens de découvrir ce vieil article qui affiche une belle complexité d’un souci dont l’amateur que je suis ne se sent pas concerné.

    Je suis un peu perdu sur Twitter avec ces règles non-écrites instituées par les fantasmes de chacun. Les attentes des uns et des autres. Je comprends les formules de politesse pour remercier les followers pour les mentions et RT mais pour ma part, j’utilise Twitter comme un fil RSS qui m’offre une possibilité supplémentaire de réaction, si l’envie m’en prend.

    Comment par exemple remercier les RT et les mentions si l’on ne suit pas quotidiennement les Tweets ?

    Je ne me suis jamais posé la question de la qualité des posts de mes colistiers mais juste s’ils m’intéressent ou non.

    Je ne me sens pas obligé de suivre tous les généalogistes mais juste ceux qui m’apportent quelque chose, voire avec qui je me sens en résonance, sans me soucier qu’ils me rajoutent ou non dans leur liste.

    C’est un bel article mais il laisse un goût amer « d’élitisme » ou d’obligation d’excellence qui n’entre pas dans mes aspirations premières.

    Twitter, si simple, y devient si compliqué. J’ai pu pour ma part trouver nombre de choses intéressantes dans des posts dont la qualité n’était pas au rendez-vous, ni la popularité par ailleurs.

    Je découvre, petit à petit, les possibilités de Twitter et j’en suis content mais je suis loin de me soucier des critères statistiques et de suivre des personnes par politesse pour qu’ils me rajoutent à leur liste et gonfler ainsi artificiellement le nombre de followers qui s’en foutent royalement de ce que je peux poster. J’ai une vision plus humaine faite également de sentiments bien éloignée de la froideur des chiffres et des retombées même si je comprends l’utilité d’être visible (et donc de gonfler le nombre de followers pour que nos questions puissent toucher les bonnes personnes), je ne me sens pas concerné par cette course à l’échalote.

    Pour ma part, si j’utilise les tags pour rechercher des tweets, j’oublie régulièrement d’en ajouter aux miens…

    Merci pour cet article, ce travail en profondeur d’une grande qualité technique, car il me permet une introspection que je n’aurais pas eu autrement.

    Bien cordialement :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez-moi sur Twitter Rejoignez-moi sur Facebook Abonnez-vous à mon RSS