Généalogie de Jésus

Au nom du Fils, du Père et de leur généalogie

Ne vous ayant pas importunés depuis longtemps, je m’étais dis que j’allais reprendre tout doucement, en vous proposant un petit article bien gentil et fort à propos en ces temps de Nativité : la généalogie de Jésus.

Pour moi qui n’y connaissais rien, je trouvais le sujet intéressant. Mais j’étais loin de me douter des aventures qui m’attendaient.

Reprenons donc le fil de mes pérégrinations. Comme tout bon généalogiste, je commençai d’abord par interroger les anciens sur la question.

- Dis-moi, Papi, tu as bien connu Jésus, toi ?
- Jeune con  prétentieux !

Bon, les choses commençaient mal. Il fallait que je change de voie rapidement.

- Mamie, tes gâteaux sont excellents. Dis-moi, il est né quand Jésus ?
- Mais on ne vous apprend plus rien à l’école ? Remarque, connaissant ta mère, ça ne m’étonne pas…
- Mamie, s’il te plait…
- Bon. Il est né le 25/12/0000, à Bethléem. C’était le fils de Marie et de Dieu.
- Et pour les patronymes, tu as une idée ? Dieu CHRIST ?
- Jeune con prétentieux !
- Merci Mamie !

Bon, c’était pas beaucoup, mais c’était déjà ça.

Un rapide coup d’oeil sur le net me confirma immédiatement ce que je craignais. L’Etat-Civil de Bethléem n’est toujours pas en ligne !

N’écoutant que mon courage et ma dévotion à la cause généalogique, j’embarquai dans le premier vol direct Toulouse-Bethléem et me rendis, d’un pas décidé, aux Archives municipales. Là, j’interrogeai un archiviste du cru, un homme répondant au nom d’Îssa Djéhé ((ceci est une blague d’archiviste)) .

- Bonjour, Monsieur. Je suis à la recherche d’un acte de naissance qui aurait été passé dans votre commune, le 25 décembre de l’an 0. Serait-il possible de consulter le registre correspondant, s’il vous plait ?
- Jeune con prétentieux !

Décidément, c’était une manie ! Dépité, je me préparais à reprendre l’avion pour rentrer à la maison. Je pensais déjà à vous, lecteurs, obligés de lire sur mon blog un énième article sur les licences de réutilisation. Mais, au détour d’une rue, je tombai nez-à-nez avec mon archiviste.

- Je tenais à m’excuser pour mes propos déplacés de tout à l’heure. Mais voyez-vous, avec les restrictions budgétaires, nous sommes tous un peu à cran. En plus, figurez-vous qu’il y a plusieurs siècles, des gens sont venus voir le registre que vous vouliez consulter. Ils disaient qu’ils voulaient le recopier pour le préserver et le diffuser au plus grand nombre. Nous leur avons fait confiance, mais la vérité c’est que nous n’avons jamais revu le registre. En revanche, la société en question s’en est servi pour sortir des livres. Des best-sellers, croyez-moi. Ils ont bâti une fortune à partir de ces données nominatives. Tenez, je vous en confie deux exemplaires. Rentrez chez vous, lisez-les, et vous aurez les réponses à vos questions. Ou pas …

L’homme avait disparu avant que je ne puisse le remercier. Dans l’avion qui me ramenait à la maison, je me plongeai dans la lecture des deux ouvrages : l’Evangile selon Saint-Mathieu, et l’Evangile selon Saint-Luc.

La première page du premier me remplit de joie. Tout était là :

  1. Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d’Abraham.
  2. Abraham engendra Isaac ; Isaac engendra Jacob ; Jacob engendra Juda et ses frères ;
  3. Juda engendra de Thamar Pharès et Zara ; Pharès engendra Esrom ; Esrom engendra Aram ;
  4. Aram engendra Aminadab ; Aminadab engendra Naasson ; Naasson engendra Salmon ;
  5. Salmon engendra Boaz de Rahab ; Boaz engendra Obed de Ruth ;
  6. Obed engendra Isaï ; Isaï engendra David. Le roi David engendra Salomon de la femme d’Urie ;
  7. Salomon engendra Roboam ; Roboam engendra Abia ; Abia engendra Asa ;
  8. Asa engendra Josaphat ; Josaphat engendra Joram ; Joram engendra Ozias ;
  9. Ozias engendra Joatham ; Joatham engendra Achaz ; Achaz engendra Ézéchias ;
  10. Ézéchias engendra Manassé ; Manassé engendra Amon ; Amon engendra Josias ;
  11. Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone.
  12. Après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel ; Salathiel engendra Zorobabel ;
  13. Zorobabel engendra Abiud ; Abiud engendra Éliakim ; Éliakim engendra Azor ;
  14. Azor engendra Sadok ; Sadok engendra Achim ; Achim engendra Éliud ;
  15. Éliud engendra Éléazar ; Éléazar engendra Matthan ; Matthan engendra Jacob ;
  16. Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ.
  17. Il y a donc en tout quatorze générations depuis Abraham jusqu’à David, quatorze générations depuis David jusqu’à la déportation à Babylone, et quatorze générations depuis la déportation à Babylone jusqu’au Christ.

Me voici donc, en un tournemain, en possession de toute la lignée agnatique de Jésus sur 42 générations ! Magnifique ! J’avais donc enfin toute la matière pour rédiger mon article. Je remarquais au passage que Mamie s’était trompée. Jésus n’était pas le fils de Dieu, mais tout simplement celui d’un certain Joseph, petit artisan local. Encore une légende familiale ! Ceci dit, l’ascendance de cet artisan est tout de même assez glorieuse.

Par curiosité, j’ouvris tout de même le second ouvrage. Je dus cette fois attendre le troisième chapitre pour trouver un passage intéressant :

Généalogie de Jésus dans l’évangile de Luc - manuscrit du livre de Kells, Irlande,vers 800 - Domaine public

  1. Jésus avait environ trente ans lorsqu’il commença son ministère, étant, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli,
  2. fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï, fils de Joseph,
  3. fils de Mattathias, fils d’Amos, fils de Nahum, fils d’Esli, fils de Naggaï,
  4. fils de Maath, fils de Mattathias, fils de Sémeï, fils de Josech, fils de Joda,
  5. fils de Joanan, fils de Rhésa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel, fils de Néri,
  6. fils de Melchi, fils d’Addi, fils de Kosam, fils d’Elmadam, fils D’Er,
  7. fils de Jésus, fils d’Eliézer, fils de Jorim, fils de Matthat, fils de Lévi,
  8. fils de Siméon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Jonam, fils d’Eliakim,
  9. fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David,
  10. fils d’Isaï, fils de Jobed, fils de Booz, fils de Salmon, fils de Naasson,
  11. fils d’Aminadab, fils d’Admin, fils d’Arni, fils d’Esrom, fils de Pharès, fils de Juda,
  12. fils de Jacob, fils d’Isaac, fils d’Abraham, fils de Thara, fils de Nachor,
  13. fils de Seruch, fils de Ragau, fils de Phalek, fils d’Eber, fils de Sala,
  14. fils de Kaïnam, fils d’Arphaxad, fils de Sem, fils de Noé, fils de Lamech,
  15. fils de Mathusala, fils d’Énoch, fils de Jared, fils de Maléléel, fils de Kaïnan,
  16. fils d’Énos, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu.

77 ! J’avais cette fois-ci 77 générations et qui me ramenaient directement à … Dieu ! Comme quoi les légendes familiales ont souvent un fond de vérité.

En revanche, la comparaison des deux généalogies m’a rapidement interpellé. Elles étaient très différentes l’une de l’autre. Luc et Mathieu font descendre Jésus de deux fils de David différents. Et bien entendu, aucun des deux n’indique les sources. Finalement, ces évangiles, c’est comme les arbres en ligne sur geneanet : des données qui doivent être vérifiées.

J’avais déjà mon hypothèse. Un implexe généalogique permettrait de tout expliquer et de concilier les deux généalogies. Avec de unions entre cousins, Jésus peut très bien descendre de Salomon ET de Nathan. Je décidai cependant d’en avoir le coeur net et d’aller interroger directement les seules personnes qui avaient encore accès au registre original : l’entreprise SainteFamille, dont le siège était au Vatican.

Sur place, je fus aimablement reçu par un prêtre nommé Noël ((c’était donc le Père Noël…)) à qui j’expliquai toutes mes recherches et les problèmes qu’elles me posaient.

-Vous faites fausse route mon fils !
- Pardon, mon Père ?
- Jésus n’est que le fils adoptif de Joseph. Son seul vrai père, c’est Dieu !
- Dieu ? Mais alors Mamie avait raison !
- Exactement.
- Jésus est donc le fils de Dieu.
- En quelque sorte…
- Pardon, mon Père ?
- Avez-vous déjà entendu parler de la Trinité ?
- Pas vraiment, non.
- Alors, pour faire simple, sachez que Dieu est autant le fils que le père.
- Le fils de qui ?
- De Dieu.
- …
Mon père, j’ai peur de ne pas vous suivre, dis-je en commençant à douter sérieusement de la santé mentale de mon interlocuteur. Comment Dieu pourrait-il être son propre fils ?
- C’est là tout le mystère de la trinité. Dieu n’est pas un. Il est trois à la fois : le fils, le père et le saint-esprit.
- Attendez, mon père. Si Dieu est à la fois le père et le fils, alors Marie est à la fois…. Mon Dieu, mais c’est dégueulasse !

Un peu décontenancé par ces révélations, je rentrai chez moi et me décidai à retranscrire tout ça. Un bon feu crépitait dans le cheminée, l’odeur des pains d’épices préparés par ma femme embaumait la maison. La magie de Noël opérait, et l’ambiance était idéale pour écrire un article.

Hélas, je fus rapidement confronté à un nouveau problème, d’ordre technique, cette fois-ci. Sur mon logiciel de généalogie préféré, je venais de saisir le Sosa 1 : Jésus de Nazareth. Jusque là, tout allait bien. Mais comment faire pour indiquer la suite ? Le Sosa 2 devait en toute logique être Dieu. Mais, le père Noël me l’avait dit, Dieu était aussi Jésus. Il fallait donc que Dieu soit à la fois le de-cujus et le Sosa 2. Sans parler du Saint-Esprit, que je ne savais pas où caser. En parrain, peut-être ? Quant à Marie, qui était à la fois la femme et la mère de Dieu, sa situation n’était guère plus facile. Après des heures de bidouillages et d’essais infructueux, je n’avais toujours qu’un seul individu dans ma base. Et encore n’étais-je pas sûr d’avoir mis le bon. Même mon appel à la hot-line du logiciel n’avait rien changé, l’opératrice m’ayant finalement raccroché au nez en me traitant de jeune con prétentieux.

Je dus me rendre à l’évidence. Je ne parviendrai pas à rédiger cet article. Les incohérences dans mes sources étaient trop nombreuses, et il m’était impossible d’accéder au document original.

Chers lecteurs, j’en suis désolé, mais pour la première fois depuis que je tiens ce blog, je dois renoncer à publier une note. Vous n’aurez donc pas d’article à lire pour Noël. Profitez-en donc pour éteindre votre ordinateur et pour passer de joyeuses fêtes avec toute votre famille.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Creative Commons License
Au nom du Fils, du Père et de leur généalogie by Papiers et poussières, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.



Categories:Généalogie
Mots-clé: , , ,

24 commentaires

  1. Raphaël a dit :

    Hahaha ! Juste mortel comme billet !! Bravo, j’ai beaucoup ri ;-)

  2. Raphaël a dit :

    Juste une chose, il manque un mot dans la phrase suivante : « Sur place, je fus aimablement par un prêtre nommé Noël » :)

  3. Jordi a dit :

    Merci Raphaël. Erreur rectifiée.

  4. Jimbo a dit :

    Excellentissime. Comme d’habitude.

    Un très joyeux Noel à tous.

  5. Merline a dit :

    Mécréant va !
    Bon Noel à toi, et à …ta Mamie
    :-)

  6. genbecle a dit :

    héhé ! Pas mal, surtout l’ancêtre à la 77è génération ! Il est donc cousin avec les Louis, rois de France qui eux aussi descendaient de Adam d’après un livre que j’ai reçu l’an passé !

    bonnes fêtes, et bonnes révisions

  7. Comment dire ? « Bravo » avec un grand B :-) … j’ai bien rigolé, ton article est très bien tourné (Cela est juste et bon).
    Je retourne aux fourneaux ;-)
    Bon Noël à Toi, Ô grand Jordi.
    Nicolas

  8. Christophe Y. a dit :

    Bonjour,

    La très sérieuse revue « Heraldique et Généalogie » (si, si) avait publié en 1991 l’ascendance davidique des rois de France dressée d’après celle du marquis LE SAGE de LA FRANQUERIE. Qui n’allait pas jusqu’à faire descendre nos rois de Jésus (ça se saurait !) mais, via un oncle de Marie, d’Abraham et même via Joseph qui était cousin germain de Marie (si, si, c’est écrit… nulle part). Pour passer de St Louis à Adam il faut consulter la même revue en 1982.

    Jésus issu d’un mariage consanguin ça vaut le coup de l’indiquer ici :
    - Levi
    - – Mathat (Mathan)
    - – - Eli dit St Joachim x Anne
    - – - – Sainte Marie
    - – Jacob
    - – - Saint Joseph

    Amusant votre article qui ressemble assez (le vocabulaire en moins) à l’homélie que j’ai faite ce matin sur la complexité de faire comprendre la Trinité. Si nous avions inventé toute cette histoire on aurait trouvé plus facile à faire gober, seulement voilà… Et oui, je suis prêtre ! Alors comme disaient les anciens Ego te absolvo + c’est Noël après tout !

  9. Jordi a dit :

    Merci Christophe.
    Moi qui avait peur de froisser certaines susceptibilités, me voilà absous par un prêtre !
    Je suis soulagé ;-)

  10. John Doe a dit :

    Un récit tout à fait délectable, excellent et léger après la bûche !
    Moi j’avais toujours entendu dire que Jesus descendait de Lacroix, mais bon …
    Bravo, merci et joyeuses fêtes

  11. Pierre a dit :

    Tout à fait excellent à tout point de vue, et finalement éclairant mais surtout amusant.
    Merci pour ce bon moment de lecture.

  12. PaPhlip a dit :

    :) Merci, et j’attends avec impatience l’arrivée de l’ascendance des rois mages ! ;)

  13. David a dit :

    C’est vachement bien écrit! Un peu de légèreté après les repas des fêtes, ça fait du bien ;-)
    Merci pour ce petit cadeau

  14. Pascale Verdier a dit :

    Jordi, il me SEMBLE (je ne peux pas m’empêcher de pinailler, c’est un fait, et je vous prie de bien vouloir m’en excuser) que le double -s en araméen ancien se prononce -z (la chose est, je crois, avérée par les linguistes). Le nom de l’archiviste de Bethléem me semble donc devoir plutôt s’écrire ainsi : ÎZa Djéhé. C’est naturellement du détail, mais vous savez comme moi où se loge le diable… :)
    Nous voyons également poindre à travers ce billet la délicate notion de RIP et notamment des données personnelles exploitées à des fins commerciales, ce qui est également une très longue histoire (se déroulant sur plusieurs générations également) et qui mériterait quelques développements – contradictoires de préférence – provenant des commissions compétentes…
    Nous voyons également par ce billet que, parfois, la RIP peut s’avérer utile (quand l’original a été fort malencontreusement détruit).
    Merci pour ce joli moment de généalogie divine et de fines plaisanteries archivistiques assez obscures pour le néophyte, mais très parlantes pour le nouveau converti que vous êtes.

    Bien cordialement à tous et excellente année nouvelle !
    PS : vous ne faites pas le pain d’épices vous-même ?

    • Jordi a dit :

      Îssa est un prénom intéressant. Car outre sa prononciation en araméen ancien, qui en fait tout le piquant pour une certaine catégorie professionnelle, il est également l’équivalent musulman de Jésus ;-)

      Je suis totalement d’accord avec vous sur la nécessité de « développements provenant des commissions compétentes ». Mais la période n’est pas très propice pour moi (les partiels sont là)…

      PS : je connais les limites de mes compétences ;-)

  15. Je me réveille en retard… mais quel excellent billet !

  16. Alexis a dit :

    Bravo pour cet article !

    Il a fait remonter en moi quelques souvenirs. En 2005 j’ai utilisé ce passage de l’Évangile selon Saint-Mathieu dans le cadre d’un mémoire sur l’organisation d’une généalogie. A l’époque il m’avait paru idéal pour expliquer comment une généalogie peut devenir complexe à gérer.

    PS : Si Jésus est fils de dieu et que le père de Jésus est Joseph, peut-être que Joseph est le prénom de dieu ? (désolé ça m’a échappé…)

  17. Isabelle a dit :

    Lu après Noël, certes, mais avec beaucoup de plaisir, tant pour le ton, que pour la qualité de l’écrit et de toutes ses subtilités.
    Merci de nous avoir fait profiter de cet agréable moment de lecture.
    Isabelle

  18. Atlante a dit :

    Je viens de découvrir ce blog et, en affreuse mécréante que je suis, j’ai ouvert ce billet en premier. Évidemment, j’ai beaucoup ri… :)

  19. Fred a dit :

    Je découvre ce billet, quel bonheur !

    La trinité, la trinité, des clous oui !

  20. gwezheneg a dit :

    Bonsoir
    A quand celle de Mahomed (t ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez-moi sur Twitter Rejoignez-moi sur Facebook Abonnez-vous à mon RSS